Son homme ne l’a pas touchée depuis 8 mois, elle porte plainte contre lui et quitte le foyer. Voici ce qui s’est passé.

Photo d'illustration

Photo d’illustration: Aline a déposé une plainte vendredi contre son mari, accusé de la délaisser depuis huit mois, ce après une mission et un stage l’ayant maintenu près d’un an et demi à l’étranger. Jean-Claude, 36 ans, est cadre dans une multinationale. Aline, elle, a 29 ans, et a arrêté son travail dans un cybercafé à Akwa après leur mariage.

Parce qu’il s’agit d’un couple, uni légalement depuis mai 2021. Selon la déposition faite par la jeune femme à la gendarmerie il y a peu, les deux se sont rencontrés en 2020 sur l’axe Douala-Yaoundé. Après avoir assisté à un deuil, Aline faisait du stop à Boumnyebel pour rentrer sur Douala. Jean-Claude, au volant d’un rutilant 4×4, va se proposer de l’aider.

A l’arrivée, il déclinera le paiement et demandera plutôt le numéro de téléphone, qu’il obtiendra. Jean-Claude appellera le soir même…

Dans la relation qui vient ainsi de naître, l’homme se montre généreux, présent, et semble peu pressé, question intimité. Cette chape d’abstinence va durer bien plus longtemps qu’Aline ne l’imagine. De fait, Jean-Claude ira voir sa famille, demandera sa main, fera le « toquer porte » en janvier 2021, versera la dot en mars de la même année, et l’épousera deux mois plus tard. Le tout sans qu’il n’ait jamais été question de sexe entre eux. D’ailleurs, quand Aline a fait des avances, Jean-Claude a reculé. Mais en restant rassurant, disant ne pas être pressé, etc. La parenthèse de chasteté s’est donc étirée jusqu’au mariage.

La nuit de noces sera celle du premier rapport. Et là, Jean-Claude livre une prestation très appréciée par sa moitié, à la fois ravie, rassurée et comblée. Deux jours plus tard, le cadre part pour un voyage. Il est question d’une mission, suivie d’un stage, le tout à l’étranger. La séparation va durer près d’un an et demi. Si Aline continue d’être aux petits soins, matériellement parlant, ce nouvel épisode d’abstinence est rude. Quand son mari revient au pays, il y a huit mois, c’est tout naturellement qu’elle le sollicite… Jean-Claude prétexte la fatigue due au voyage pour se soustraire au devoir conjugal.

Puis, pour une raison qu’Aline ignore, son mari persiste dans le registre 100% abstinence. Il dort habillé, s’enferme à la douche pendant son bain, dont il ne ressort que tout habillé, etc. Il y a dix jours, Aline a atteint son point de rupture et a fait une scène. Jean-Claude est resté de glace. La jeune femme a remis ça deux jours d’affilée. La glace ne s’est pas fissurée. Mais le mari a eu une idée.

Jeudi dernier, il est revenu du travail avec un cousin. A un moment, laissant son invité à table, Jean-Claude conduit sa femme dans leur chambre, et lui dit en substance que le convive, homme de la même tranche d’âge que lui, est la solution à son problème. Aline dit qu’elle ne comprend pas. Le mari se fait alors plus explicite : « Il va s’occuper de toi sexuellement ». L’épouse hurle d’indignation et sort de la chambre, tout en continuant de manifester bruyamment

sa désapprobation. Elle crie qu’elle n’a pas épousé le cousin, et que si Jean-Claude ne veut plus d’elle, qu’il lui accorde le divorce… Le cousin sera raccompagné, sa mission non accomplie.

C’est le lendemain qu’Aline s’est rendue dans une unité de gendarmerie pour porter plainte. Jean-Claude y a été convoqué deux fois, sans succès. Ce mardi 1er août, Aline a été de nouveau auditionnée, donnant moult détails sur l’affaire. Depuis lors, elle n’a plus remis les pieds au domicile conjugal à Akwa. Chose que son époux a fait constater par huissier. Aux dernières nouvelles, Jean-Claude a envoyé son avocat hier à la brigade. Aline, elle, est retournée à la maison familiale à Bonadibong.

source: camer.be

error: Le contenu est protégé !!