Une femme mariée meurt chez un prêtre. Elle serait morte en pleine infidélité avec lui selon son mari.

Une femme mariée meurt chez un Prêtre. Les faits se sont produits en Avril 2020. Monicah Mulenga a été conduite à l’hôpital où elle a été déclarée morte. Elle avait convaincu son époux de lui permettre d’aller assister à des funérailles avec son association de la ligue des femmes catholiques. Mais au lieu de cela elle a trouvé la mort chez le père Abel Mwelwa un prêtre. Une enquête à été ouverte à cet effet afin de situer les responsabilités.

Seul la justice pourra situer les responsabilités, et à en croire le média faceofmalawi.com dans un article publié le 28 février 2022, le prêtre aurait recouvré la liberté, aucune charge n’ayant été retenue contre lui car selon le médecin légiste d’État Luchenga Muchelenganga, Mme Mulenga est décédée d’un arrêt cardiaque soudain, mais il n’en connaissait pas l’origine.

Mais revenons sur les déclaration du mari de la défunte. Mr Owen Mulenga, le mari de Monicah Mulenga cette femme décédée à l’âge de 42 ans dans la maison du prêtre s’est exprimé par la suite. Selon Mulenga, il était au courant de l’affaire de son épouse avec le père Abel Mwelwa de l’église catholique St Maurice de Lusaka, car ils se voyaient depuis plus d’un an selon lui.

Il a déclaré: « Ma défunte épouse sort avec le père Mwelwa depuis plus d’un an et je viens de découvrir le 19 novembre 2019 lorsque j’ai trouvé des messages WhatsApp dérangeants du prêtre dans son téléphone », a déclaré Mulenga. Questionnée sur cette affaire, elle a admis avoir vu l’homme de Dieu, mais a ensuite changé sa déclaration après avoir saisi avec force son téléphone des mains de son mari et l’a jeté dans de l’eau bouillante. “Le téléphone a été endommagé de façon irréparable”, s’en plaint Mulenga avant d’ajouter : «Nous avons failli divorcer mais nous avons été conseillés et nous nous sommes réconciliés. À partir de ce moment, elle a cessé de communiquer avec le prêtre, mais après un mois, leur relation a été repris de plus belle ».

Lorsque Mulenga a appris que sa femme continuait de voir le prêtre, il a essayé de la conseiller, mais elle n’a pas voulu l’écouter, car elle avait de moins en moins de respect pour son mari. «Elle me prétextait des réunions de l’église, mais elle se retrouvait dans certains hôtels ou à la paroisse avec le prêtre. J’ai essayé de la conseiller, mais elle ne voulait pas changer et a continué à dire que je l’accusais simplement parce que je ne voulais pas qu’elle assiste aux activités de l’église », a martelé Mulenga.

Il avait déclaré ouvertement vouloir porter l’affaire devant les tribunaux et demander le divorce «mais avant de pouvoir le faire, j’ai dû informer toutes les autorités ecclésiastiques nécessaires car il est difficile de divorcer en catholique ».

Le jour où Monicah est morte, elle s’était excusée auprès de son mari disant qu’elle sortait avec d’autres femmes pour une réunion de la Ligue des femmes de l’église. Selon Lui, sa femme avait de violente crise cardiaque et c’est certainement cela qui l’a emportée, il a déclaré qu’elle en est morte lorsqu’elle forniquait avec le prêtre, car pour lui, sa femme a forcement eux des rapport avec le prêtre et c’est ce qui a causé sa mort. Mr Owen Mulenga a fait toutes ces allégations alors qu’il n’était pas sur les lieux et n’avait aucune preuve pour confirmer ses dires.

Cet ex-mari abattu avoue : « C’est comme si le prêtre continuait son acte malgré le fait qu’elle lui dise d’arrêter quand elle avait sa crise, notez bien que , cela m’arrivait aussi quand je lui faisais l’amour mais comme je l’aimais et la comprenais, je pouvais me contrôler et arrêtez, mais le prêtre devait certainement le faire avec fougue, donc ne se souciant pas de son plaidoyer qui l’aura prématurément conduite à la mort ».

Après la mort de Monicah, le prêtre a appelé des femmes, le mari et la police, qui ont emmené la femme à l’hôpital où elle a été confirmée morte en raison d’une crise cardiaque aiguë.

« Au début, le prêtre a accepté la responsabilité et payé 50 000 K (Franc zambien) pour ses funérailles. Il nous a dit qu’il nous paierait 150 000 K d’indemnisation, mais nous avons refusé et signalé l’affaire aux hautes autorités de l’église qui ont enquêté et prouvé sa culpabilité, d’où sa récente suspension », a-t-il déclaré.

Mulenga a également allégué que le prêtre qui avait été suspendu des activités de l’église, avait déjà soudoyé des policiers qui avaient récupéré le corps de sa femme.