Un homme marié avec 3 femmes, les punit en les privant de rapports pendant un mois si elles l’énervent

La polygamie est une pratique matrimoniale connue surtout dans le monde arabe et dans certains pays d’Afrique subsaharienne. Il arrive pourtant que des cas intéressants apparaissent dans des pays occidentaux, même quand la loi l’interdit. Le cas d’Ivan Sukhov, cet orthodoxe russe, comme relayé par nos confrères de Mirror UK fait polémique avec une pratique conjugale atypique qu’il a établie.

Un homme et trois femmes

Promis parent pour la dixième fois, Yvan Sukhov, mène une vie conjugale assez spéciale. Il est effectivement marié à trois femmes. Il ne peut légalement en avoir qu’une, les deux autres vivent avec lui suite à un accord commun.

L’heureux ménage en apparence a commencé avec sa femme Nathalia Sukhova, sa femme légale pendant onze ans. Ayant toujours formulé un désir pour une famille nombreuse, il affirme d’ailleurs lui-même vouloir au moins 50 enfants, les deux autres femmes ne tardèrent pas à suivre.

les punit en les privant de rapports sexuels pendant un mois si elles l’énervent

Nathalia, qui travaille comme infirmière, a mentionné durant une interview : « Je n’étais pas d’accord au début, je ne pouvais pas m’imaginer une situation pareille, mais j’ai changé d’avis depuis que j’ai compris qu’il désirait vraiment avoir une famille nombreuse ».

Ivan, a pour l’instant, neuf enfants dont six sont descendants de Nathalia et trois de sa femme Anna qui s’apprête à le bénir d’une dixième progéniture.

Il dit bien : « Je veux avoir au moins 50 enfants, plus j’en ai mieux c’est ! »

les punit en les privant de rapports sexuels pendant un mois si elles l’énervent

Le ménage vit dans un appartement à trois chambres, mais Ivan pense déménager prochainement pour une grande maison en banlieue.

Chaque nuit, il invite une de ses femmes dans son lit.

« Il nous invite à tour de rôle » affirme Nathalia.

Mais selon Yvan, quand l’une de ses femmes, s’avère être une source d’ennui et lui donne du fil à retordre : « Je la prive de rapports sexuels pendant un mois » affirme-t-il.

Ses trois femmes assurent vivre en harmonie et ont l’air de bien s’entendre.

les punit en les privant de rapports sexuels pendant un mois si elles l’énervent

Dernièrement, Ivan a intégré Madina dans son ménage pour devenir sa troisième femme.

Madina est de confession musulmane alors qu’Ivan est Orthodoxe russe, une situation délicate qui a demandé des sacrifices puisqu’elle a dû partir à l’encontre de la volonté de ses parents et de sa religion pour être avec lui.

Madina n’a pas manqué de souligner : « Je l’ai vu à la télévision, et j’ai décidé d’être avec lui peu importe ce qu’on peut dire »

Une histoire à suivre …

La polygamie, sujet à controverse

La forme la plus connue de polygamie dans le monde est la polygamie masculine celle où un homme a plusieurs femmes. Mais il existe de par le globe, des femmes ayant plusieurs conjoints, c’est ce qu’on appelle la polyandrie.

Cette pratique matrimoniale a fait couler beaucoup d’encre par rapport à son impact sur l’institution du mariage et l’institution familiale. La polygamie est interdite par la loi dans plusieurs pays dont la France, comme le relaie nos confrères du Figaro.

Socialement réputée misogyne, dans la pratique de la polygamie masculine, l’homme reste l’unique avantagésexuellement parlant. D’autant plus qu’elle menace l’équilibre familial, la première composante matrimoniale (premiers enfants et première femme) voit souvent baisser sa qualité de vie émotionnelle et financière avec l’arrivéed’une nouvelle partenaire et d’autres enfants qui viennent par la suite.

Les partisans prônent par contre l’aide considérable de la polygamie quant à l’extension de la lignée. Plus on a de femmes, plus on peut avoir d’enfants simultanément, suivant un article parut sur Universalis. S’y ajoute le fait que cette pratique est relative à un héritage culturel social et religieux important. Quelles soit officielle ou cachée, on ne saurait se prononcer pour ou contre la polygamie, l’individu étant libre de ses choix tant qu’il les assume et qu’il s’en montre responsable.

Source: santeplusmag.com

error: Le contenu est protégé !!