Tribunal de Yopougon, l’accusé s’adresse au juge en disant: « je vole parce que y a pas de travail ».

Ayo Galbi, 26 ans, est un sans-domicile-fixe. Depuis qu’il est venu de son Burkina natal pour atterrir en Côte d’Ivoire il y a plusieurs années, il n’a jamais travaillé. Célibataire sans enfant, il était devant le tribunal de Yopougon pour tentative de vol par effraction.

Face au Juge, il reconnait tout de suite les faits qui lui sont reprochés. Et il reste calme et serein quand ses actes sont cités.Kouamé Kouassi, chef de secteur dans une entreprise de la place, raconte qu’il se rendait à son lieu de travail très tôt le matin.

A l’entrée, le gardien lui souffle qu’un individu est en train de s’en prendre à la fenêtre d’un bureau. Discrètement, ils s‘avancent tous les deux et saisissent l’indélicat. Il a déjà réussi à briser une vitre et tente, avec peine, de retirer un ordinateur du bureau sans se faire blesser par la vitre cassée.

– M. Ayo, vous aviez brisé la vitre dans le but de commettre un cambriolage ?

– Oui, madame le Juge !- Pourquoi ?- Il n’y a pas de travail. J’ai peur des fusils et je ne peux pas faire un vol à main armée.

– Madame le Procureur, le prévenu n’éprouve aucun remord. Il tente même de justifier son forfait. Il est prêt à recommencer !

Selon la Procureure, les faits ont déjà été largement débattus à la barre. Il reconnait les faits et n’eut été l’intervention salvatrice de monsieur Kouamé, il aurait fait main basse sur les ordinateurs. Elle réclame à son encontre, 3 ans de prison, 10 ans de privation de ses droits, 10 ans d’interdiction de séjour sur le territoire ivoirien et 150.000 FCFA d’amende. Pour sa part, Kouamé réclame 200.000 FCFA de dédommagement.- 3 ans, ça vous convient ? demande la Juge au prévenu.

– Non !- Vous voulez combien ?

– Je préfère négocier directement avec monsieur Kouamé. Depuis ma naissance, je travaille avec les génies !

Estimant que les génies ne lui ont pas appris les bonnes manières et qu’ils ne peuvent rien contre elle, la Juge le condamne à 12 mois de prison ferme et 10 ans de privation de ses droits. La Juge ne s’est pas laissé impressionner par les génies d’Ayo Galbi. Il ira en prison pour méditer sur son sort.

Source: Paul D. Tayoro via Ivoir Tvner)