Tout savoir sur Ismael Bagadoma, propriétaire de l’entreprise pétrolière Cycord. A coeur vaillant rien d’impossible !

Quand le pétrole nous passe par la main.
Ismael Bagadoma, diplômé d’une maîtrise en sciences politiques délivrées par l’université Laval (Québec, Canada) est le propriétaire du groupe Cycord. Alors c’est quoi Cycord ?
Cycord est une entreprise pétrolière basée à Niamey. Sa principale Activité est la vente des dérivés du pétrole à travers sa chaîne de station Essence.

Après mes études primaires et secondaires à l’école Mission Goudel de Niamey puis à Tayamana, je décroche mon bac puis m’envole pour le Canada. Cumuler étude et boulot n’est pas chose facile , au Québec j’ai beaucoup travaillé en même temps que je prenais cours, nous confie Ismael. J’étais le plus jeune directeur de vente du Canada, j’étais classé 1er du top 20 ce qui m’a d’ailleurs fallu la décoration du « PIN de Top Leader » lors de la conférence de Toronto en 2018, rajout il. Une conférence qui regroupe tous les directeur de vente du Canada et des États-unis.

Au Canada j’ai appris une chose, il ne faut jamais se plaindre, c’est ce qui forge la mentalité de gagneur. Quand on veut on peut , il suffit d’y croire dure comme fer.

Rien ne prédisposait le jeune Ismael Bagadoma à être promoteur de station d’essence. Ni son parcours académique, encore moins ses rêves d’enfant. Après des études primaires et secondaires à la Mission de Goudel et à Tayamana, le jeune Ismael décroche son baccalauréat et s’envole pour le Canada. Après cinq années de dur labeur à l’université Laval, il obtient son diplôme de Maîtrise en Sciences politiques et rentre aussitôt au bercail. A Niamey, il est très vite confronté à la dure réalité du pays.

« J’ai fait le concours du Ministère des Affaires Etrangères pour le poste de Conseiller Politique. J’ai fini 2ème devant un Enseignant-chercheur, mais au dernier moment, on n’a pris qu’une seule personne » souligne Ismael. En attendant des horizons meilleurs, Ismael se fait enrôler dans l’organisation du Sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la ZLECAF que Niamey accueille en juillet 2019. « A la fin de ce sommet, j’ai beaucoup réfléchi, et c’est à ce moment que j’ai eu l’idée de créer cette station d’essence CYCORD. J’ai choisi ce secteur d’activité parce que j’ai fait la connaissance d’un jeune entrepreneur qui est à sa dixième station d’essence.

C’est lui qui m’a beaucoup conseillé et encouragé et il m’a incité à investir dans les hydrocarbures » nous confie Ismael. Comment un jeune désœuvré peut-il investir dans un domaine apparemment réservé aux plus fortunés ? « Au Québec j’ai beaucoup travaillé en même temps que je prenais cours. J’ai fait du porte à porte, j’ai fait de la livraison des journaux sous -40 degré souvent. J’ai même été directeur de vente de la plus grande compagnie de téléphonie du Canada, Bell Canada. J’étais le plus jeune directeur de vente du Canada, et j’ai eu l’honneur de remporter « le PIN des Top leaders», en me classant 1er du Top 20, lors de la Conférence nationale de Toronto en 2018 » répond Ismael. Ses économies canadiennes constituent donc un bon capital. Il affirme aussi avoir bénéficié du soutien financier de sa famille ainsi que de ses précieux conseils.

« J’ai eu la chance d’avoir un père très sage et bon conseiller, et une mère courageuse et battante. Au Canada, j’ai compris une seule chose : il ne faut jamais se plaindre. C’est ça qui forge la mentalité de gagneur. Quand on veut, on peut. Il suffit d’y croire dur comme fer » ajoute Ismael. Le jeune promoteur au moral d’acier, et qui ne recule devant aucune difficulté, emploie dans sa station d’essence huit personnes : 1 gérant, 1 sous-gérant, 6 pompistes, 1 comptable et 1 chauffeur. Pour améliorer ses prestations, il ouvre son « H –Hope », une boutique de la station, où les clients peuvent s’approvisionner en diverses denrées alimentaires.