Si une femme force un homme à avoir des rapports, est-ce un viol ?

Quand un homme a des rapports avec une femme sans son consentement, c’est un viol. Mais peut-on justement parler de viol lorsqu’une femme oblige un homme à avoir des rapports avec elle, sans son consentement ? Ce n’est pas un viol en vertu des lois de l’Angleterre et du Pays de Galles, mais l’auteur d’une nouvelle étude sur le phénomène dit que cela devrait peut-être être considéré comme tel.

Cette histoire peut choquer certains lecteurs

Dr Siobhan Weare, de la faculté de droit de l’Université de Lancaster, a effectué la première recherche sur la pénétration forcée au Royaume-Uni en 2016-2017, recueillant des informations auprès de plus de 200 hommes via une enquête en ligne.

Sa dernière étude, publiée cette semaine – basée sur des entretiens individuels avec 30 hommes, entre mai 2018 et juillet 2019 – explore plus en détails le contexte dans lequel la pénétration forcée se produit, ses conséquences et la réponse du droit pénal.

L’anonymat des participants a été préservé. Et John est le nom donné à l’autre d’entre eux.

John dit que le premier signe que quelque chose n’allait pas, c’est lorsque son partenaire a commencé à s’automutiler. Après un incident particulièrement effrayant, il l’a emmenée au service des urgences de l’hôpital pour un traitement. Le couple a passé des heures à discuter des causes psychologiques possibles.

Environ six mois plus tard, au lieu de se faire du mal, elle s’est en prise à John.

« J’étais assis dans le salon et elle est arrivée de la cuisine, m’a frappé très fort sur le nez et s’est enfuie en riant », dit John. « La violence a alors commencé à se produire assez régulièrement. »

Selon John, elle a essayé d’obtenir de l’aide de son médecin généraliste, a reçu des conseils et a été référée à un psychologue – bien qu’elle ne se soit pas présentée au rendez-vous.

Elle rentrait de son travail « et voulait avoir des rapports. Elle était violente, et j’ai commencer à redouter quand elle revenait du travail », ajoute-t-il.

On a peur d’en parler, et quand on en a peur, on ne nous croit pas.

Un jour, John s’est réveillé et s’est rendu compte que sa partenaire avait menotté son bras droit à l’armature métallique du lit. Puis elle a commencé à le frapper à la tête avec un haut-parleur de la chaîne stéréo à côté du lit, lui a attaché l’autre bras avec une corde de nylon et a essayé de le forcer à avoir des rapports.

Effrayé et souffrant, John n’a pas pu se plier à ses exigences – alors elle l’a frappé à nouveau et l’a laissé enchaîné pendant une demi-heure, avant de revenir et de le libérer. Par la suite, elle a refusé de parler de ce qui s’était passé.

Peu de temps après, elle est tombée enceinte et la violence a diminué. Mais quelques mois après la naissance du bébé, John s’est de nouveau réveillé une nuit pour……..Lire la suite sur bbc.com cliquez-ici