La Fédération scolaire et estudiantine de Côte d’Ivoire (Fesci) a invité les élèves à surseoir aux inscriptions physiques dans les lycées et collèges jusqu’à nouvel ordre afin qu’une solution soit trouvée à cette « arnaque », dans une déclaration publiée lundi par son secrétaire général, Assi Fulgence.

Camarades élèves,
Chers Parents d’élèves,
Partenaires du système éducatif,
Mesdames et Messieurs,

La Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), votre structure avant-gardiste que j’ai l’insigne honneur de diriger vous dit merci pour le respect du mot d’ordre « d’arrêts des inscriptions » dans les Lycées et Collèges publics privés sur l’étendue du territoire national.

En effet, depuis quelques semaines, alors que le Gouvernement s’évertue à faire de la « gratuité de l’école », une réalité, certains chefs d’établissements, par le canal de certaines Associations parallèles, s’adonnent à des pratiques peu recommandées, qui n’honorent pas l’école ivoirienne : le racket, l’arnaque et l’escroquerie des parents d’élèves.

Cette année encore, pendant que l’inscription en ligne dans les Lycées et Collèges est fixée à six mille (6.000) francs CFA (badge ou carte scolaire, cotisation COGES et autres y compris) ; nous constatons une augmentation des frais d’inscriptions dits « physiques » variant d’un établissement à un autre.

Les parents d’élèves payent des frais supplémentaires allant de douze (12 000) à vingt (20 000) mille francs CFA pour le public et cinquante (50 000) à cent mille (100 000) francs CFA, pour le privé, ce qui constitue un obstacle à la scolarisation d’un grand nombre d’élèves.

Cette « arnaque » bien organisée suscite beaucoup d’interrogations entre autres :
– A qui profite cette escroquerie, ce vol, structuré, hiérarchisé et rentable ?
– Pourquoi le Ministère de Tutelle ne prend-t-il pas des sanctions disciplinaires ?
– Où en sommes-nous avec la gratuité de l’école ?
– Qu’est ce qui justifie ces cotisations abusives ?

Notre action de ce jour, et ce jusqu’à nouvel ordre vise à trouver des réponses claires, durables, fiables, satisfaisantes et rassurantes pour sauver l’école ivoirienne et contribuer à mettre fin à la cherté de la vie.

La FESCI s’étonne de ce que la traditionnelle réunion de rentrée scolaire placée sous le signe de « l’EXCELLENCE » n’ait pu statuer sur les différents problèmes qui handicapent le système scolaire de notre Pays.

La FESCI demande que l’arrêt de l’inscription observée ce jour, se poursuive jusqu’à nouvel ordre.

La FESCI tient à préciser que dès demain cette action s’étendra dans tous établissements scolaires privés du pays qui ont reçu les affectés de l’État.

La FESCI demande la prise en compte des points inscrits dans la plateforme revendicative à savoir :
– La suppression de tous les frais annexes dans les établissements publics et privés ;
– L’instauration de la session de remplacement pour les examens à grand tirage (BEPC, BAC)
– L’attribution des Bourses scolaires.

Vive la FESCI !
Vive l’Ecole ivoirienne !

Fait à Abidjan, le 11/09/2017

LE SECRÉTAIRE GENERAL
ASSI Fulgence ASSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Répondez à ce code Captcha *