Ouganda : Une femme coupe le pénis de son mari pour lui avoir refusé le s3x3

Un homme de 46 ans se bat pour sa vie après que sa femme lui a coupé le pénis à la suite d’un malentendu dans leur chambre à coucher au village d’Amun B dans le district d’Apac.

M. Moses Okot, un paysan, a déclaré à nos confrères de Daily Monitor que le dimanche 30 juin, son épouse, Beatrice Acen, 35 ans, est rentrée chez elle ivre et lui a coupé le pénis.

« Quand je suis rentré de la chasse vers 19 h, ma femme n’était pas à la maison. Ma fille m’a servi à manger et je me suis couché. Ma femme est revenue vers 22h et a crié que je lui ouvre la porte », raconte M. Okot.

« J’étais déjà endormi. J’ai ressenti une douleur qui m’a réveillé et j’ai trouvé mon pantalon mouillé de sang ».

M. Okot affirme qu’il est en désaccord avec sa femme depuis au sujet de son alcoolisme et a donc décidé de la punir en lui refusant le sexe.

« Cette femme rentre à la maison quand elle est trop saoule. En tant qu’homme, je ne le tolérerais plus, alors j’ai décidé de lui refuser le sexe dans l’espoir qu’elle changera ». Okot et Acen sont mariés depuis plus de dix ans et ont cinq enfants.

Un patriarche du village, Anthony Ogwal, a déclaré que le couple est toujours impliqué dans de violentes disputes. Ogwal a également confirmé que la femme s’est plainte à plusieurs reprises que son mari avait ignoré ses exigences sexuelles.

« Ce n’est pas la première fois qu’Acen inflige des blessures à son mari. L’an dernier, elle a fracturé la clavicule de son mari lors d’une bagarre domestique et s’est enfuie. L’affaire a été réglée dans mon bureau et ils se sont remis ensemble ».

M. Ogwal attribue l’alcoolisme à la violence domestique dans sa région, affirmant que les femmes boivent autant que les hommes.

M. Okot a été emmené au commissariat d’Olelpek pour porter plainte contre sa femme brutale avant d’être transporté d’urgence à l’hôpital Apac Main où il reçoit actuellement des soins médicaux. Sa femme a pris la fuite après l’incident.

Une source policière a déclaré qu’un cas de préjudice causé par un grief avait été enregistré contre le suspect sous le numéro de dossier SD 04/30/06/2019.

« Il a déjà reçu un certificat médical de la police. Une fois le traitement terminé, le suspect peut être arrêté et traduit en justice », a déclaré la source.

Les conflits armés, la pauvreté, l’abus d’alcool et les attitudes culturelles sont responsables de l’incidence élevée de la violence domestique dans les communautés ougandaises, selon un rapport.

Environ 92 % des 6 000 personnes interrogées par la Commission ougandaise de réforme du droit en 2008 ont indiqué que la violence familiale est pratiquée dans leur communauté.

Le rapport cite plusieurs types de violence familiale, notamment la violence sexuelle, l’ivresse, la torture psychologique, la confiscation de biens, les blessures physiques et corporelles, l’adultère, l’emploi d’un langage abusif, le harcèlement et le viol conjugal.

Les formes les plus courantes de violence familiale signalées sont la violence physique et la maltraitance des enfants, y compris les coups, la torture, les morsures et les coups de couteau. Certains incidents ont entraîné des pertes en vie humaine.

Auteur: Afrikmag.com

SOURCE: iol.co.za