Nigeria: une fille battue à mort pour avoir fait pipi au lit

Une fille de 13 ans est décédée après avoir été battue par sa demi-soeur pour la simple raison qu’elle aurait fait pipi au lit.

Precious Omenka, 13 ans, résidait chez sa demi-soeur aînée, Nneka, et la mère de Nneka, Seki Eko, à Lekki, Lagos, au Nigeria lorsqu’elle a été brutalement battue. Les coups ont entraîné finalement sa mort, a déclaré leur père.

M. Emeka Omenka, père de la défunte, a déclaré que sa fille aînée, Nneka, avait demandé à sa sœur cadette, Precious, de lui rendre visite. Ce qu’a fait Precious, le 12 octobre. Mais, elle a été renvoyée le 16 octobre. Elle semblait affaibli et se plaignait de douleurs dans le corps. Elle a informé ses parents qu’elle avait été battue par Nneka et sa mère Seki Eko pour avoir fait pipi au lit.

M. Omenka a déclaré que Precious avait expliqué à plusieurs reprises comment elle avait été frappée au ventre, à la poitrine et sur les côtes. Elle a ajouté qu’elle avait également été battue à l’aide d’un câble.

Precious, une collégienne, a été emmenée à l’hôpital où elle est décédée le 25 octobre des suites de complications résultant de son passage à tabac.

Selon The Nation, l’acte de décès de Precious révélait que les causes principales et secondaires du décès étaient une lésion rénale aiguë et un collapsus cardiopulmonaire.

Réagissant à la mort de sa fille, M. Omenka a déclaré: “J’ai mal. Mon cœur est brisé. Nneka est ma première fille. Je l’ai eu avec Seki Eko avec qui j’étais en couple. Nneka avait été élevée par ma seconde épouse Ifeoma qui l’aimait comme son propre enfant.”

“Quand je me suis marié avec ma femme, il était difficile pour elle de concevoir et elle a donc élevé Nneka comme son propre enfant. Ainsi, quand elle est venue et a dit que Precious devait venir chez elle, nous n’avions aucune raison de refuser sa demande.”

“Precious est allée chez elle le 12 octobre. Puis, le 14 octobre, un lundi, Precious a dit qu’elle avait pissé sur le lit. C’est son délit qui a poussé ma fille et sa mère à la battre comme ça.”

“Quand elles ont fini, elles l’ont ramenée et l’ont jetée chez moi. Elle se plaignait de douleurs corporelles et racontait en larmes ce qui lui était arrivée chez sa sœur. Je ne pouvais pas le supporter et je pleurais quand elle parlait.”

“Ma femme et moi avons acheté des analgésiques que nous lui avons donnés. Ma femme utilisait également de l’eau chaude et un chiffon pour masser son corps. Nous ne savions pas que c’était si grave. Quand nous avons vu qu’elle ne s’améliorait pas malgré les analgésiques, on a décidé de l’emmener à l’hôpital, parce que c’est là qu’elle est née.”

“Alors, à l’hôpital, elle a été emmenée aux urgences après que les médecins nous aient annoncé qu’elle manquait de sang. Ils ont fait tellement d’analyses et de scanners et ont découvert qu’elle avait une hémorragie interne.”

The Nation rapporte que Nneka a raconté à ses proches que sa sœur cadette était décédée des suites d’une appendicite rompue, ajoutant que la jeune fille était malade avant qu’elle n’aille chez elle.

Mais la mère de la défunte a déclaré au journal qu’elle était toujours sous le choc de l’incident et a nié l’insinuation selon laquelle Precious aurait pu être malade.

Dans le même temps, une coalition de défenseurs des droits de l’enfant s’est portée volontaire pour prendre en charge l’affaire et rendre justice.

source: afrikmag.com