J’ai quitté mon travail pour cultiver des pastèques, maintenant je gagne des millions

Après avoir obtenu un diplôme en sciences biomédicales de l’Université Egerton en 2007, Annie Nyaga espérait décrocher un emploi peu de temps après et gravir les échelons de sa carrière.

Elle a obtenu un poste d’assistante aux achats dans une entreprise de Nairobi, mais a démissionné après six mois, car c’était ennuyeux. Elle s’est tournée vers l’agriculture, comme ses parents le faisaient depuis des années chez eux à Mbeere, dans le comté d’Embu. Cela fait six ans qu’Annie, 28 ans, s’est lancée dans la culture de la pastèque, une activité qui lui a procuré une grande joie.

«Je me suis installé pour les pastèques parce qu’elles se débrouillent très bien à Mbeere. Ils ont un rendement élevé, arrivent à maturité plus rapidement et réussissent bien sur le marché », explique Annie, qui exploite sous le nom commercial Farm2Home. Elle a commencé à cultiver les fruits sur la ferme de trois acres de ses parents avec une mise de fonds de 20 000 shillings.

SYSTÈME D’IRRIGATION

Elle a utilisé l’argent pour acheter des semences, mais s’est vite rendue compte qu’elle avait besoin d’investir davantage dans un système d’irrigation goutte à goutte approprié.
«J’ai fait des essais avec des semences de différentes sociétés avant de découvrir que les semences hybrides produisaient le meilleur rendement.»

Elle plante les graines dans une pépinière avant de transférer les plants à la ferme après trois semaines.

«L’ensemble du processus, de la pépinière à la récolte, prend environ trois mois, en fonction du climat et de la variété de melons d’eau, certains mûrissant tôt», dit-elle.
Selon elle, les pastèques ont besoin de beaucoup d’eau, surtout au stade de la formation des fruits. L’agriculteur a investi dans un système d’irrigation goutte à goutte comprenant des pompes à eau, des pistolets pulvérisateurs à main et des tuyaux. Elle a acheté l’équipement avec les bénéfices réalisés lors de sa première récolte.

COÛT DES SEMENCES

«Le manque d’eau adéquate conduit à des fruits de qualité médiocre. Si l’on a des problèmes d’eau, alors l’irrigation au goutte à goutte est la meilleure solution », dit-elle.
Cependant, l’installation d’un système de goutte-à-goutte approprié est coûteuse, en particulier pour les petits agriculteurs.
«Un système d’égouttement coûte 200 000 shillings par acre. Cela peut ne pas être abordable pour beaucoup d’agriculteurs », dit-elle.

L’option pour les petits agriculteurs est d’irriguer partiellement la culture et de planifier le stade de la formation des fruits pour qu’il coïncide avec la saison des pluies.
«Cela signifie que vous plantez des graines deux à trois semaines avant le début des pluies», déclare Annie avec un sourire.

Les pastèques, dit-elle, rapportent beaucoup. Elle investit entre 80 000 et 100 000 shillings par acre. Cela couvre le coût des semences, de la main-d’œuvre, des produits chimiques, de l’irrigation, des salaires et des engrais.

Avec une bonne gestion, on peut récolter 30 à 40 tonnes par acre.
Les prix varient en fonction des forces du marché. Cela pose un énorme défi aux agriculteurs, qui se retrouvent à la merci d’intermédiaires. Selon la saison, un kilo de pastèque coûte entre 15 et 35 shillings.

«Les intermédiaires profitent généralement des agriculteurs désespérés, en particulier de ceux qui obtiennent des rendements élevés mais ne trouvent aucun marché. L’absence de liens commerciaux idéaux pour les agriculteurs signifie que les courtiers dicteront les prix à la ferme », a-t-elle déclaré.

Mais cela ne l’empêche pas de traiter avec des courtiers, qui achètent la majeure partie de la récolte. Le truc, dit-elle, réside dans la connaissance du prix du marché.

Sa dernière récolte a eu lieu il y a deux semaines. Elle a récolté 30 tonnes et vendu à des courtiers à 28 shillings par kilo, réalisant des ventes brutes de 840 000 shillings en trois mois. Si vous enlevez les frais, Annie engrange un bénéfice d’au moins 600 000 shillings. Sa prochaine récolte est en juillet.

«Je ne sais pas comment je serais maintenant si j’avais collé à mon travail d’achat. Se lancer dans l’agriculture était une bonne décision », fait-elle remarquer.

Annie souhaite que les Kenyans changent d’attitude à l’égard de l’agriculture. Pour beaucoup, dit-elle, un agriculteur est une personne âgée et sans éducation.

«Cette image mentale doit changer. L’agriculture est diversifiée et intéressante et les jeunes doivent voir les choses différemment si nous voulons nous développer. “

Elle met au défi le gouvernement et les comtés d’investir massivement dans l’agriculture pour en faire une option viable pour générer des revenus. Les étudiants devraient être encouragés à considérer l’agriculture comme une carrière dès leur plus jeune âge.

«Je suis la preuve vivante que l’agriculture paie et peut être pratiquée par n’importe qui. L’agriculture est un métier d’espoir. Pour ceux qui s’intéressent à l’agriculture, n’abandonnez jamais », conclut-elle.

source: 24jours.com