Il organise un voyage au Congo pour abandonner sa femme qui est devenue impolie depuis qu’elle est arrivée en France

La ven­geance est un plat qui se mange froid ! Fred M a en­caissé toute l’im­po­li­tesse de son épouse Fra­gela T, ar­ri­vée deux ans plus tôt par re­grou­pe­ment fa­mi­lial. En­cou­ra­gée par des mau­vaises ami­tiés, elle fai­sait la cui­sine et sa­tis­fai­sait son époux quand bon lui sem­blait. Fred a im­pro­visé des va­cances au Congo avec toute la fa­mille et est n’est re­venu qu’avec leur fils aban­don­nant sa ma­man à Braz­za­ville sans pa­piers.

Quand Fra­géla a joint son époux au té­lé­phone de­puis le Congo, ce der­nier n’a pas man­qué de rap­pe­ler tous les sa­cri­fices consen­tis pour sa ve­nue en France. Elle, qui est is­sue d’une fa­mille pauvre, s’était ca­chée der­rière la Bible pour se faire ac­cep­ter par Fred M avant de mon­trer son vrai vi­sage en France. « Que ta fa­mille dont tu van­tais trop quand tu étais ici te fasse re­mon­ter !» a tran­ché l’époux qui a pro­mis néan­moins de ne pas uti­li­ser leur fils contre sa ma­man.

C’est lors d’un voyage à Braz­za­ville, que Fred M a fait la connais­sance de Fra­géla à tra­vers une cou­sine. Sa foi chré­tienne a at­tiré l’at­ten­tion du pa­ri­sien qui a rêvé avoir en­fin la femme de ses rêves, une, qui a la crainte de Dieu. Une re­la­tion sen­ti­men­tale com­mence et se pour­suit en France avec l’ar­ri­vée par re­grou­pe­ment fa­mi­lial de Fra­gela qui a entre temps donné nais­sance à un en­fant à Braz­za­ville, peu avant son voyage.

Une fois en France, Fra­géla n’écoute plus les conseils de Fred et fré­quente ses sœurs du quar­tier de Braz­za­ville. Ces femmes seules avec en­fants in­toxiquent Fra­géla qui change ra­di­ca­le­ment son com­por­te­ment au foyer.

Fred M, sup­porte tout et se ra­baisse de­vant son épouse tout en pla­ni­fiant son coup qui mettre terme à l’im­po­li­tesse de son épouse. Des hu­mi­lia­tions, Fred en a subi quo­ti­dien­ne­ment de son épouse qui a me­nacé plu­sieurs fois d’ap­pe­ler la po­lice et de ne plus le per­mettre de voir leur fils.

L’homme offre à son épouse un voyage au Congo qui ap­pa­rente à son pre­mier re­tour. Elle ex­tase et saute dans un vol d’Air France avec ses trois quatre ba­gages. Le couple loge dans une au­berge à Ma­ké­lé­kélé et l’am­biance est plu­tôt bonne avant que Fred M ne passe à l’ac­tion.

Il paie les pé­na­li­tés et change la date de re­tour à l’insu de son épouse et de sa propre fa­mille. Entre temps , il a re­tiré les pa­piers de Fra­géla et de leur fils. Alors qu’elle était avec sa fa­mille à l’au­berge, Fred M pré­tend rendre vi­site à un ami au pla­teau de 15 ans ac­com­pa­gné de son fils.

C’est le len­de­main ma­tin qu’il ap­pel­lera Fra­géla pour l’an­non­cer la mau­vaise nou­velle. Son fils et lui ont pris le vol de nuit d’Air France à des­ti­na­tion de Pa­ris et qu’elle ne de­vrait plus se consi­dé­rer comme son épouse. Fra­géla va en­tendre de ses oreilles toutes les hu­mi­lia­tions de sa part in­fli­gées à son époux. Mal­gré ses sup­plices et celles de sa fa­mille, Fred M est ca­té­go­rique sur la fin de leur re­la­tion. « Je t’ai connu à Braz­za­ville, et je te laisse aussi à Braz­za­ville…Main­te­nant, si tu veux re­ve­nir en France, dé­brouille toi ou cherches un autre idiot ! »