Ghana: Une femme de 41 ans retourne sur les bancs pour réaliser son rêve

Une Ghanéenne qui s’est inscrite au premier cycle du secondaire à l’âge de 41 ans est sur le point de réaliser son rêve de devenir agent de santé.

L’histoire inspirante de Felicitas Naa démontre que la conviction et la détermination sont des facteurs du succès constant.

Née à Tamale, Felicitas a fait ses études primaires et secondaires dans la région du Nord. À 18 ans, elle est tombée amoureuse d’un homme qui s’est engagé à l’aider à poursuivre ses études au moment de son mariage. Excitée par cette proposition, Felicitas a sauté sur l’occasion et s’est par la suite mariée à l’âge de 18 ans.

Cependant, les choses ne se sont pas déroulées comme prévues. Son mari ne pouvait pas l’aider à poursuivre ses études. il a plutôt lui-même poursuivi ses études. Au fil du temps, l’homme a commencé à se plaindre du faible niveau d’éducation de Felicitas.

“Il se plaignait toujours de mon faible niveau d’éducation”, a-t-elle confié à Graphic Online.

La vie devenant de plus en plus difficile, elle s’est mise à vendre du pain et à coudre pour gagner de l’argent. Son mariage s’est finalement effondré, la laissant dans un état de dépression absolue, sans source de revenu stable et avec trois enfants. Mais plutôt que d’abandonner, Felicitas a décidé de tenter sa chance en retournant à l’école pour s’instruire.

«J’ai dû me relever et tout recommencer. J’avais 40 ans alors. Il était temps pour moi de décider s’il était trop tard ou si je recommencerais. J’ai choisi la dernière option », raconte-t-elle.

En 2006, elle a décidé de retourner aux études. Curieusement, elle avait 41 ans lorsqu’elle a décidé de poursuivre ses études secondaires.

Mais il y avait un souci. Après 22 ans, le système éducatif avait changé. Tous les lycées que Felicitas avait tenté d’intégrer ne l’ont pas acceptée.

Elle devait donc se présenter aux examens du certificat d’éducation de base (BECE) comme condition préalable pour entrer au lycée.

«J’étais déterminée à retourner aux études et cette décision n’a donc pas été difficile à prendre pour moi.» Elle s’est finalement inscrite à la Pedu MA Basic School après de nombreuses tentatives infructueuses.

«Je devais me coiffer, coudre mes uniformes et me préparer pour aller à l’école» se souvient-elle.

«À ce moment-là, ma première fille avait terminé ses études secondaires», a-t-elle ajouté. Elle a terminé le premier cycle du secondaire en 2009, puis a été admise à l’école technique supérieure d’Oguaa afin de poursuivre des cours d’art général.

Felicitas est actuellement stagiaire à la Tamale School of Hygiene, où elle obtiendra son diplôme cette année (2019) en tant que agent de santé.

«C’est une bonne décision que j’ai prise. Je suis heureuse d’avoir pris cette décision de retourner à l’école. Cela a complètement changé ma vie.

«J’ai des amis que je n’aurais pas pu avoir. Je peux mieux comprendre mes enfants et j’ai même l’air plus jeune maintenant », dit-elle de son parcours inspirant.

Auteur: Afrikmag.com