Il tue une femme parce qu’elle a refusé de lui donner un «deuxième coup».

Il tue une femme parce qu’elle a refusé de lui donner un «deuxième coup».

  • Post author:
  • Post category:Non classé

La Cour criminelle de Mouila dans la province de la Ngounié au Gabon a jugé coupable Régis Moumbangou Mbini pour coups mortels sur une de ses conquêtes amoureuses et l’a condamné à 12 ans de prison. Selon notre confrère de L’Union, le drame serait survenu en 2014 lorsque durant un rapport s3xu3l, le mis en cause aurait souhaité poursuivre alors que la jeune femme, devant rejoindre son petit-ami aurait refusé de s’offrir à lui une seconde fois. En colère, le libidineux aurait cogné la tête de la victime sur un bus avant de jeter le corps sans vie à l’eau. 

En effet, enthousiasmé par la teneur des ébats s3xu3ls, le mis en cause aurait sollicité  « un second coup » alors qu’il était en état d’ivresse, mais rencontrera une fin de non–recevoir de sa partenaire de circonstance. Face au refus de la jeune femme, en couple avec un homme et mère de 3 enfants, Régis Moumbangou Mbini se serait mis en colère avant de se défouler sur sa victime dont la tête heurtera le capot d’un camion du garage dans lequel il se trouvait.

C’est grâce au signalement de la découverte macabre par une personne lambda que le poste de gendarmerie nationale de la localité sera informé. Après s’être rendus sur les lieux, les limiers décident de mener une enquête afin de faire toute la lumière sur la tragique disparition. Après des informations recueillies par des proches de la victime, une piste mène à Régis Moumbangou Mbini, qui interpellé, réfute toute implication dans ce meurtre mais reconnaît avoir eu des rapports s3xu3ls avec la défunte le même jour. Pour se disculper, il aurait indiqué aux gendarmes qu’un jeune homme répondant au prénom Patrick, les aurait surpris. Ce qui mit un terme à leur partie de s3x3.

Un peu plus tard, il reviendra sur ses dires en avouant finalement avoir accidentellement donné la mort à la jeune fille vu que cette dernière aurait refusé de se donner à lui une seconde fois après une première éjaculation. Il sera placé en détention préventive à la prison centrale de Mouila. Appelé à comparaître, l’inculpé pour homicide involontaire a réitéré ses aveux en présentant ses excuses à la famille de la victime et à la société tout entière.

Le ministère public a condamné le geste du mis en cause non sans interpeller la gent féminine sur les rapports s3xu3ls consentis contre de l’argent. Avant de demander 10 ans de prison. La défense a quant à elle sollicité des circonstances atténuantes en arguant que Régis Moumbangou Mbini était devenu serviteur de Dieu durant sa détention. La Cour l’a condamné à 12 ans de prison. Écroué en 2014, devrait recouvrer sa liberté en 2026.

Gabonmediatime.com