France: voici comment le tam-tam parleur des Ebriés est protégé avant son retour en Côte d’Ivoire

Le tambour parleur lors de la phase d'encaissement au Musée du quai Branly. © Sébastien Németh/RFI

Le processus de restitution du tambour parleur du peuple Atchan continue d’avancer. Cet objet imposant de plus de 400 kilos permettait aux peuples de la région d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, de communiquer. Il fut pillé par les Français en 1916.

Avant son retour, il a été restauré. Et ce mardi 27 décembre, c’était la phase de l’encaissement, une étape cruciale pour le protéger avant son retour au pays.

Le Djidji Ayôkwé, comme on l’appelle, avait rejoint les réserves du Musée du quai Branly, à Paris. Le gouvernement s’est engagé l’an dernier à le rendre à la Côte d’Ivoire, mais d’abord, son encaissement a eu lieu dans les locaux de l’entreprise Aïnu à Aubervilliers, près de Paris.

Il faut savoir que l’encaissement, ce n’est pas simplement mettre un objet dans une boîte. Le tambour parleur mesure 3,31 mètres, pèse près de 430 kilos et représente une valeur patrimoniale inestimable. Un socle en acier-inox, ainsi que deux grandes caisses en pin, ont été fabriqués pour le…..lire la suite sur RFI