L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu’à l’échelle mondiale, les femmes vivent plus longtemps que les hommes et que la différence de durée de vie entre hommes et femmes est particulièrement frappante dans les pays à revenu élevé. C’est ce que révèle l’analyse annuelle des statistiques sanitaires mondiales publiée par l’OMS intitulée ”Vue d’ensemble des statistiques sanitaires mondiales 2019.”

En effet, il faut savoir que l’étude met en lumière la «fragilité biologique» intrinsèque des hommes et leur système immunitaire faible, qui seraient responsables de la fausse couche de fœtus et de la mort d’enfants de sexe masculin au cours de leur première année de vie.

Les experts signalent qu’il naît plus de garçons que de filles, mais la relation se modifie au cours de la vie étant donné que les hommes meurent plus tôt que les femmes. Le rapport, dirigé par le Dr Richard Cibulskis, note que l’espérance de vie moyenne dans le monde a augmenté de cinq ans et demi depuis le début du siècle et que les femmes survivent partout beaucoup plus que hommes.

Le deuxième constat, révèle que les femmes restent plus longtemps en bonne santé. Selon les données de l’OMS, les filles nées de nos jours peuvent compter sur une bonne santé jusqu’à 65 ans en moyenne, tandis que les garçons pourront rester en bonne santé jusqu’à 62 ans. Expliquant les différences d’espérance de vie, les experts de l’OMS déclarent qu’un bébé né en Afrique en 2016 pouvait espérer vivre jusqu’à 60 ans, tandis qu’une fille pourrait espérer vivre jusqu’à 63 ans.

En plus, il existe de nombreuses causes pour lesquelles l’espérance de vie des hommes est plus courte, les hommes étant plus souvent atteints de cardiopathie ischémique, d’accidents de la route ou de cancers du poumon. Sans oublier leurs prédispositions génétiques.

Les experts ont également signalé que les différences sont beaucoup plus marquées dans les pays riches que dans les pays pauvres. Ceci est principalement lié aux dangers pendant la grossesse et à l’accouchement. Dans les pays pauvres, une femme sur 41 meurt pendant la grossesse ou l’accouchement, tandis que dans les pays riches cela concerne une seule femme sur 3.500.

La cinquième raison de cette espérance de vie différente tient, selon les experts, aux suicides et aux meurtres, qui sont un problème important pour l’Amérique et l’Europe. Les experts ont noté que les hommes deviennent victimes d’assassinat cinq fois plus souvent que les femmes.

Enfin, les hommes commencent à s’occuper de leurs maladies plus tard que les femmes. Souffrant des mêmes maladies que les femmes, ils se font soigner plus tard et succombent à des maladies dangereuses dépistées trop tard.

source: Afrikmag.com