Éthiopie : Un étudiant met au point le premier détecteur instantané de paludisme

Tortpout Nyarikjor, un étudiant éthiopien âgé de 24 ans a mis au point un détecteur instantané de paludisme, qu’il a présenté lors d’une compétition nationale sur l’innovation à Addis-Abeba. L’idée de cet appareil lui est venue suite au décès de son frère, mort de la même maladie.

Torpout Nyarikjor, étudiant ingénieur à l’université de Dilla, dans le sud de l’Éthiopie, a déclaré qu’il avait été inspiré à inventer son appareil après avoir perdu son frère, atteint de la maladie transmise par un moustique. « Quand j’étais jeune, j’ai vu mon frère aîné mourir du paludisme. À l’époque, je me sentais profondément triste et croyais pouvoir un jour arrêter, mais je ne savais pas comment », a déclaré le jeune homme de 24 ans.

Bien qu’il n’ait pas remporté le prix final avec son innovant détecteur qui a dû s’incliner l’imprimante 3D d’un de ses adversaires, le jeune inventeur a confié que des investisseurs étaient prêts à le soutenir. Le paludisme tue en effet chaque jour plus de 2 500 enfants en Afrique, selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).

L’appareil de M. Torpout est facile à utiliser : en y insérant un doigt, les capteurs laser permettent d’identifier si le sang est infecté ou non. « Toute personne sachant lire peut utiliser l’appareil », a indiqué le jeune inventeur. Cela signifie que les médicaments pour traiter le paludisme peuvent être pris tôt, de sorte qu’un patient aura plus de chances de survivre.

Le nouveau détecteur de paludisme, appelé « Tor », est opérationnel à environ 70% pour le moment – et l’étudiant universitaire de quatrième année poursuit son travail pour le rendre infaillible. Il a remporté le concours régional sur l’innovation organisé par iCog Labs, une entreprise basée dans la capitale, Addis-Abeba, qui travaillait sur des projets d’intelligence artificielle.

Même s’il a perdu en finale et n’a pu recevoir la récompense de 3 400 dollars, il est confiant pour l’avenir. « Mon rêve est d’être un employeur et non un employé », a déclaré le jeune homme, originaire de la ville occidentale de Gambella.

Il souhaite rentrer chez lui pour développer d’autres projets impliquant des jeunes dotés d’un savoir-faire technologique et a de grandes ambitions quant à la manière dont son appareil pourra changer des vies.

Stéphane BAI

source: negronews.fr