Elle donne de la nourriture mélangée au sang de ses menstrues à la fille de son mari

La police de Mukono, en Ouganda, a arrêté une femme accusée d’avoir nourri de force sa belle-fille adolescente avec de la nourriture mélangée à son sang menstruel.

Le mari d’Annet Namata, Unusu Lungu, dans un entretien avec Observer, a déclaré avoir été informé de l’événement choquant par ses voisins qui sont intervenus pour sauver la vie de l’adolescente quand ils l’ont vue vomir sur la véranda après que la suspecte soit partie pour traquer des sauterelles.

Il affirme que les voisins curieux ont demandé à l’adolescente ce qui s’était passé mais elle ne pouvait pas parler et a plutôt montré une assiette de nourriture dans le salon.

Les voisins irrités ont averti Lungu après avoir donné à l’adolescente de l’eau chaude pour se laver la bouche, de l’ail et du charbon de bois à avaler.

Lungu a déclaré n’avoir pas pu retenir sa colère et a attaqué Namata sur son lieu de travail. Elle aurait confessé et blâmé la fille, affirmant qu’elle avait prélevé le sang d’un seau et l’avait mélangé à sa nourriture. Selon Lungu, la suspecte s’est cachée lorsqu’il est parti pour signaler l’affaire aux autorités locales.

«Elle a mélangé le sang avec la sauce aux aubergines. Elle a forcé l’adolescente à manger en la menaçant de l’étrangler et de disparaître. Alors je lui ai demandé de manger la nourriture elle-même et c’est à ce moment-là qu’elle a avoué et dit qu’en fait la nourriture contenait du sang menstruel. Mais elle a blâmé la fille comme étant celle qui est allée chercher le sang de ses culottes et l’a ajouté à la nourriture pour qu’elle puisse être blâmée », a déclaré Lungu.

Par la suite, les dirigeants du conseil de village ont convaincu Namata au téléphone et l’ont convaincue de revenir pour une médiation.

Sarah Namawejje, la représentante du groupe des femmes dit que Namata a plaidé coupable aux accusations et demandé pardon.

Elle a affirmé qu’elle avait été mal conseillée par ses amies de nourrir la mineure avec du sang menstruel afin de la transformer en folle. Namata a affirmé qu’elle était exaspérée par les soins privilégiés que son mari accordait à l’adolescente.

Namwejje dit que l’affaire a lourdement pesé sur le Conseil des femmes du village, qui l’a poussé à remettre la suspecte à la police.

“Elle m’a dit que son mari “aimait tellement sa fille au point de me battre même au cas où je l’ennuierais. Toutes les bonnes choses que mon mari lui donnait. » . Je lui ai demandé s’il était vrai qu’elle avait donné du sang menstruel à sa belle-fille? Elle a répondu «oui» et avoir contacté une amie qui lui avait conseillé de donner du sang à l’adolescente pour qu’elle devienne folle. Elle a demandé pardon au mari et au conseil. », a déclaré Namwejje.

Rogers Sseguya, le commandant de la police du district de Mukono, a déclaré avoir confié l’affaire à l’unité de protection de l’enfance et de la famille, qui assure également suffisamment de soins à l’adolescent pour qu’elle puisse se remettre psychologiquement de ce traumatisme.

Source: Afrikmag.com