Dans certaines régions du Bénin, les femmes jurent de rester fidèles à leur époux. Voici comment et pourquoi…

« C’est une histoire de « Je t’aime à mourir »

Le phénomène peut paraître incompréhensible pour celui qui n’est pas de cette culture. Et pourtant il s’agit d’un fait banal en cours dans certaines régions du sud du pays, notamment dans la région de Porto-Novo, la capitale du Bénin. Je peux dénommer le phénomène comme  » Rituel de fidélisation de la femme à son mari ». De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un ensemble de rites au cours desquels, la femme en particulier l’épouse est appelée à jurer de rester fidèle à son époux jusqu’à sa mort: soit la mort du mari ou celle de la femme. Comprendre par rester fidèle deux choses principalement:

Les interdits

Le plus important et non négociable : ne jamais commettre l’adultère

Ici, c’est la plus grande promesse que la femme est appelée à faire : ne jamais coucher ou avoir des rapports sexuels avec un autre homme en dehors de son mari. Mais les prescriptions vont très loin. Par exemple, il est interdit à la femme mariée de laisser découvrir par des yeux indiscrets une partie de son corps, que ce soit ses cuisses, ses seins, sa nudité, ses sous-vêtements. Il luii est aussi défendu de s »asseoir à califourchon sur une moto, sauf pour raison de maladie. Tous ces faits que je viens d’énumérer sont considérés comme des intentions réelles d’adultère et donc passibles de sanction par le dieu qui veille au strict respect des prescriptions.

Ne jamais tenter d’ envoûter son mari.

Au Bénin et partout en Afrique, il existe des actes magiques par lesquels les femmes envoûtent leur mari pour les avoir à elles seules. Les Français parleraient de philtre, mais ici chez moi on parle de  » gbô témi“ c’est-à-dire  » écoute pour moi ou écoute-moi seule “. Par ce procédé magique, les femmes arrivent à soumettre leur époux et en quelque sorte à le rendre « mouton“ qui n’obéit qu’à sa maîtresse, la femme. Au cours de ces pratiques, certains charlatans ou prêtres vodoun en profitent pour tuer les maris en remettant des poisons aux femmes qui naïvement l’administrent à leur mari sans savoir que le produit est mortel. C’est un fait qui n’est toléré par personne. Ainsi les familles combattent farouchement les femmes qui s’adonnent à ces pratiques à la limite diaboliques.Pour empêcher et décourager les femmes de recourir à ces méthodes, les familles organisent des séances de fidélisation de la femme au mari et à toute sa belle famille.

⇒ Le motif

Plusieurs événements peuvent….lire la suite sur adagbe.mondoblog.org cliquez-ici