Côte d’Ivoire: Vers le mariage pour tous en Côte d’Ivoire à travers la légalisation de l’homosexualité ?

Ceux qui redoutent la légalisation du mariage homosexuel ont certainement des soucis à se faire. Selon un communiqué du groupe parlement EDS, le président de la République a proposé un texte qui s’il est adopté débouchera sur le mariage homosexuel en Côte d’Ivoire.

Le bruit courait depuis dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ce communiqué du groupe parlementaire Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) vient donner un cachet de foi à l’information. Le président de la République a bel et bien introduit un projet de loi qui stipule qu’est considéré comme discrimination et donc condamné comme tel tout acte, tout agissement ou propos porté contre « l’orientation sexuelle » d’une personne.

L’orientation sexuelle, il convient de le préciser, concerne dans sa définition, l’homosexualité, la zoophilie, la pédophilie… Comme tel, la proposition, si elle est adoptée demandera à la société Ivoirienne d’accepter comme telle les personnes manifestant les-dites penchants sexuels au risque de s’opposer à la rigueur de la loi. Selon le groupe parlementaire EDS, l’adoption d’une telle loi impliquera forcément « la révision de celle relative au mariage dans un souci d’harmonisation ».

Cette harmonisation de la loi sur le mariage aura, selon l’analyse des députés EDS pour conséquence d’ouvrir la porte au mariage homosexuel. Ainsi dira Dago Auguste, porte-parole du groupe parlementaire EDS, « dès lors, l’on assisterait désormais en Côte d’Ivoire à la célébration des mariages homosexuels dans nos mairies et autres lieux dédiés ». C’est pourquoi ces parlementaires ont, disent-ils demandé « purement et simplement le retrait de l’expression orientation sexuelle ».  

Les députés proches de l’ancien président Laurent Gbagbo font également remarquer que l’expression orientation « a été malicieusement introduite dans le texte en ce sens qu’elle n’a été ni annoncée ni justifiée dans l’exposé des motifs ». Pour eux, « il aurait fallu en effet, que le gouvernement motive les raisons pour lesquelles le vote d’untel article est opportun en termes d’avancée dans la société Ivoirienne ». Au regard de tous ces éléments relevés et dénoncés par ce groupe parlementaire, l’inquiétude grandie.

Quelles peuvent être les raisons qui ont motivé le président de la République à introduire, selon le dire des députés EDS, « malicieusement » l’expression orientation sexuelle dans le texte alors que les Ivoiriens, visiblement ne semblent pas encore prêt à s’accommoder avec de telles pratiques ? D’ailleurs, une décision aussi importante comme la légalisation de l’homosexualité, si c’est de ça qu’il s’agit, ne nécessite-t-elle pas que l’on prenne l’avis du peuple à travers une consultation populaire ?

source: afriksoir.net