Côte d’Ivoire / Destination N’Djem: Là où la sous-région vient chercher la guérison

Même à des Kilomètres d’Abidjan, dans des endroits insoupçonnés, la puissance de Dieu ne se donne pas de limite. Sans faire de bruit, ce qui se passe au camp de prière de l’Eglise Pentecôte Internationale de Côte d’Ivoire, (EPICI), situé dans le bourg de N’djem, à la descente du pont de Jacqueville, relève absolument du surnaturel. S’il est vrai que que les cas de guérison sont legions dans ce lieu de prière dirigé par la Servante de Dieu, Jeannette Yaba EBOUKELE, ce Vendredi 08 Mars 2019, la veillée organisée au terme du programme spécial intitulé  » Si je puis seulement toucher son vêtement », dont le coup d’envoi avait été donné le Lundi 04 Mars, a permis de découvrir un pan du ministère de cette dame dont le charisme éveille la manifestation du St Esprit au sein de l’Eglise Pentecôte.

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour s’en convaincre. Déjà, avec la multitude des témoignages, qui en plus d’être nombreux, captivaient par leur diversité. Entre autres témoignages, celui de ce couple Burkinabè, récemment converti au Christianisme suite à la guérison de l’époux, qui dit aujourd’hui,  »avoir vu la puissance de Dieu ». Selon Mme KONE, son mari aura passé des années sans succès, à faire le tour des pays de la sous-région à la recherche de la guérison. Heureusement pour le couple, qu’une voisine sensible au calvaire du Mr, se résoudra à leur préconiser de se rendre auprès de la Servante de Dieu. Une recommandation qui sera salutaire puisqu’après quelques séances de prière, le malade finira par recouvrer la guérison.

Des situations du genre, d’autres l’ont expérimentés dans ce camp, où sont amenés chaque jour des malades de toutes sortes et surtout de divers pays de la sous-région. Fortifié par ces différents témoignages, dont il a fallu , il faut le dire, limiter le nombre, le Pasteur AKA Fidèle, Responsable du district de l’EPICI de Jacqueville, exhortera les participants à ce programme, à  »prendre une résolution  ». Selon lui,  » la résolution compte très bien dans le principe du miracle  » et cela va de pair avec la Foi, qui soutient-il, est  » le sixième sens de l’homme  ». Une façon pour l’homme de Dieu de préparer le terrain pour le moment de prière intense qui sera menée sous la houlette de  »Maman Yaba EBOUKELE » et ce jusqu’au petit matin. Il faut préciser que le camp de prière de N’djem est une entité à part entière de l’Eglise Pentecôte Internationale de Côte d’Ivoire, dans laquelle exerce pleinement la Servante de Dieu.
Raoul MOBIO

source: autre presse