Comment traiter les ronflements féminins ?

Certes, les hommes ronflent plus que les femmes, qui bénéficient de leurs hormones… Mais elles peuvent aussi souffrir de ce problème, notamment à la ménopause ou durant la grossesse. Des solutions mécaniques et chirurgicales existent.

Gênant vis à vis du conjoint, perturbant pour le sommeil… dans les cabinets ORL, les femmes se plaignent de plus en plus de leurs ronflements « Depuis une quinzaine d’années », précise le Dr Gilles Ayoun, à l’Institut français de chirurgie du nez et des sinus. La première raison, c’est l’information : elles n’ont plus honte de dire qu’elles ronflent et prennent conscience que cela peut être une pathologie. « On observe aussi une hausse du tabagisme féminin, une libération de la consommation d’alcool et un régime alimentaire trop gras… ». Autant de facteurs qui favorisent ce trouble, dû à un rétrécissement du passage de l’air dans la gorge.

Le rôle protecteur des œstrogènes contre les ronflements

Néanmoins, les femmes gardent un atout : leurs hormones. Les œstrogènes protègent les fibres élastiques, au niveau du voile du palais et du pharynx. Mais lorsqu’arrive la ménopause, leur taux baisse. Et des ronflements peuvent alors apparaître. De façon transitoire, certaines femmes ressentent aussi une gêne en fin de grossesse. « La capacité respiratoire diminue, reprend le Dr Gilles Ayoun. L’expansion du diaphragme est plus difficile. La pression intranasale augmente à cause des récepteurs hormonaux qui s’y trouvent ». Ce phénomène prend fin après l’accouchement. Quoi qu’il en soit, un ronflement ne doit pas être pris à la légère et nécessite une consultation chez un spécialiste.

Le médecin ORL cherche à répondre à trois questions:

Quelle est la gravité du problème ? S’agit-il d’un simple problème social ou d’une pathologie médicale avec apnée du sommeil ? Dans ce dernier cas, les risques cardio-vasculaires, de diabète et d’hypertension augmentent.

Quelle est l’origine des ronflements ? Le bruit vient-il d’une obstruction du nez, de la base de la langue, du voile du palais ou simplement de grosses amygdales ?