Dans les zones rurales du Burkina Faso, la sécheresse provoque depuis plusieurs dizaines d’années l’avancée du désert sur la forêt. Mais un Burkinabé septuagénaire a décidé de tenter le tout pour le tout avec une méthode artisanale. Avec quelques trous et des termites, Yacouba Sawadogo a fait repousser la forêt.

Yacouba Sawadogo est un cultivateur. Il a aujourd’hui 77 ans, et vit à Gourga, un village situé à 184 kilomètres au nord de la capitale Ouagadougou, dans la province de Ouahigouya. Il y a quarante ans, il fait face à un constat alarmant : la rareté des pluies et les sécheresses à répétition entraînaient l’avancée du désert, qui gagnait du terrain d’année en année, faisant fuir les animaux, ravageant la brousse, réduisant fortement les récoltes et entraînant l’exode des populations rurales.

« Beaucoup disaient que j’étais fou, mais je n’ai pas écouté et j’ai poursuivi mon but »

Mais Yacouba n’a pas baissé les bras :

J’ai la conviction que si tout le monde se mobilise pour travailler, on peut lutter contre le désert. Parvenir à contrôler le désert, c’est aussi lutter du même coup contre la famine. La désertification devrait être une préoccupation pour toute personne vivante, parce que s’il n’y a plus d’arbres, le sol sèche, s’appauvrit, et à terme, il n’y a plus de vie.

Yacouba Sawadogo a fabriqué des cordons de pierres, un système permettant d’empêcher le ruissellement de l’eau. Cette technique permet de ralentir l’érosion des sols et de conserver l’humidité, même pendant les périodes de sécheresse.

Il se lance donc dans une entreprise en partant d’une idée simple : retenir l’eau de pluie à tout prix.

Sur mon domaine de culture, j’ai d’abord construit de petites digues sur un petit espace, puis j’ai enfoui les graines des arbres dans de petits trous appelés zaï en y ajoutant du fumier organique.

Mais le secret de cette méthode, ce sont les termites : elles nous aident beaucoup dans la restauration du couvert végétal. Elles creusent des canalisations qui absorbent l’eau de pluie et au lieu de ruisseler, l’eau stagne. Les termites viennent aussi à la surface du sol pour chercher des feuilles à manger et tout au long de leurs trajets, elles creusent des petites tranchées permettant au sol d’imbiber davantage d’eau. Et le résultat est là : les plantes poussent naturellement, et nous avons maintenant une grande forêt [sur une zone de 40 hectares, NDLR]…. retrouvez cet article en intégralité sur observers.france24.com

Laisser un commentaire