Aristide Bancé : ‘‘Les joueurs sont mal payés en Côte d’Ivoire ! Non, je ne touchais pas le Million à l’ASEC’’

Présent hier mardi 14 avril sur le plateau de ‘‘La Grande Team’’ de La 3, l’ancien champion de Côte d’Ivoire avec l’ASEC Mimosas (2017) a livré son point de vue sur les salaires des pensionnaires de la Ligue 1 Ivoirienne et ses objectifs de la saison.

Comment à-t-il vécu son retour en Afrique ?

Cette décision était vraiment difficile. J’étais en Lettonie où le championnat venait de se terminer. On m’a proposé un nouveau contrat mais le championnat ne devait reprendre qu’en mars alors qu’il y avait la Coupe d’Afrique des Nations à préparer donc je ne pouvais pas rester comme ça !

Partout c’était fermé. Que ce soit en Europe, dans le Golfs c’était fermé. La seule solution c’était de revenir en Afrique de l’Ouest précisément au Burkina où en Côte d’Ivoire.

Je suis entré en contact avec plusieurs dirigeants mais c’est l’ASEC qui a été plus réactif. Donc j’ai accepté de revenir jouer en Afrique mais pour un plan sportif.

Un joueur ayant évolué en Europe peut-il s’imposer en Afrique ?

Ce n’est pas facile. Lorsque tu décides de venir jouer ici tu dois te dire que tu n’es plus en vacance. C’est désormais ton lieu de travail, il faut l’intégrer.

READ  Didier Drogba désigné meilleur joueur Africain devant Eto'o, Salah et Mané, selon un vote organisé par "Total Football Together"

Son choix pour la prochaine élection de la présidence de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF)

Non, je n’ai pas de candidat ! Que ce soit Drogba, Sort Diabaté où Idriss Diallo, celui qui prendra la tête de la FIF devra tout mettre en œuvre pour que le championnat soit plus élevé.

Son cri de cœur par rapport au Championnat Ivoirien

Mon souhait, c’est l’augmentation des salaires des joueurs car, il faut le dire, ils sont mal payés !

Je ne suis pas resté dans un championnat européen pour dénoncer cela, je suis venu ici, j’y ai joué, je suis ami avec beaucoup de joueurs du championnat. S’ils ne peuvent pas le dire, moi je dis et je répète, les joueurs sont mal payés.

Sur un championnat qui se joue peut-être sur 10 mois, certains ne seront payés que 5 ou 6 mois. Le reste il ne sera pas évident de l’avoir. C’est compliqué ! Ils ont des enfants, une femme, de la famille, il faudrait penser à ça.

Vous avez joué dans 22 clubs dans différents pays, comment évaluez-vous la masse salariale des joueurs en Côte d’Ivoire par rapport aux pays ou vous avez joué ?

Franchement, le niveau des salaires est vraiment bas. A part l’ASEC Mimosas et peut-être le FC Sans Pedro qui font office d’exception, c’est vraiment bas.

READ  Pelé Guéré par-ci, Digbeu Franck par-là, Ricardo Xama veut un duel pour les départager

En Zambie vous trouverez des joueurs payer à 1,5 million de francs CFA, 2 millions ou même 3 millions. En Côte d’Ivoire aucun joueur ne touche autant. En Côte d’Ivoire, il faut trouver un moyen pour que le moins bien payé perçoive au moins 700.000 francs CFA.

Bancé touchait-il le Million à l’ASEC ?

Non, à l’ASEC, je ne touchais pas le Million, mais je ne dirai pas mon salaire. Je ne suis pas venu jouer à l’ASEC pour de l’argent. C’était un plan sportif. Profiter du beau cadre, du terrain, de l’équipe, de l’image du club. Ça faisait 7 ans que l’ASEC n’avait pas été champion, mon but était de venir relever ce défi et je l’ai fait.ASEC Mimosas@ASECMimosas

#Actionnaires, Aristide BANCE, meilleur buteur de #Ligue1 #CIVsport #Mimos #CAF #JauneNoir

Voir l'image sur Twitter

7Informations sur les Publicités Twitter et confidentialitéVoir les autres Tweets de ASEC Mimosas

Comment Bancé s’occupe dans cette période de crise sanitaire ?

Je suis à la maison. J’essaie de m’entrainer individuellement. J’ai 35 ans, à cet âge on est proche de la fin donc il faut que je bouge mais tout en respectant les consignes de sécurité.

READ  ‘‘J’ai aussi gagné la CAN 2015 !’’ : Drogba raconte son rôle insoupçonné dans la conquête du titre

Il nous revient que vous avez fait des dons à Williamsville. Est-ce vrai ?

Oui depuis le Burkina j’avais commencé à faire des dons. Je n’attends pas nécessairement un malheur pour venir en aide. Quand je peux aider, je le fais. Même dans le foot, beaucoup de jeunes ont voyagé grâce à moi… nous devons tous faire pour aider l’Afrique à lutter contre cette maladie (Coronavirus COVID-19).

Comment ça se passe avec votre club Horoya ?

Tous se passe bien à Horoya avec un super Président Antonio Suaré, celui-là même qui tout fait pour me faire venir. Franchement c’est un homme de parole. Malgré plusieurs propositions dans les pays du Maghreb mais ce qu’on me proposait, je l’avais déjà en Guinée Conakry donc pourquoi aller ailleurs ?

Ces objectifs cette saison avec Horoya

C’est d’aller le loin possible. Terminer champion de la Guinée, remporter la Coupe Nationale et essayer de prendre la Coupe CAF vu que nous sommes en demi-finales… le Président y tient beaucoup et il a mis les moyens pour.

source: mondialsport.ci