Abobo-Dokui/ Un vieillard neutralise et fait chier (déféquer) des microbes en pleine agression

A Abidjan, il ne se passe pas une journée sans qu’un  »microbe » n’agresse des honnêtes citoyens. Mais, cette fois-ci, les enfants dits en conflit avec la loi n’ont pu réaliser leur sale besogne à Abobo-Dokui, dans la soirée du jeudi 08 mars 2018. Ils ont rencontré plus dur qu’eux sur leur chemin.

Il est 17 heures lorsque monsieur X, dont nous taisons volontairement le nom, un vieillard, vêtu d’un beau bazin et à l’allure d’un  »babatchê » (riche homme en langue Malinké), descend de son véhicule pour se rendre chez un vendeur de bois. Il est aussitôt rattrapé par deux adolescents aux intentionnés bien imaginables. Ces derniers, l’air méchant, lui demande de leur remettre tout son argent. Au vieux de répondre: « Je n’ai rien à vous remettre». Cette réponse met les gamins, qui montrent leur visage d’agresseurs, dans leur état. Tout furieux, ils décident de passer à l’acte, donc d’en finir avec cet homme âgé qui refuse de se soumettre à leur injonction.

L’un d’entre eux brandit un couteau et menace le vieillard. Mais, comme par magie, l’arme blanche se tord aux mains de l’agresseur, la lame se courbant dans le sens de celui qui le tient. Etrange situation pour les agresseurs. Le second décide à son tour d’agresser le vieux avec son couteau. Mais, la même scène se répète. Quand les deux malfrats orientent leurs couteaux dans une direction autre que celle du vieillard, les couteaux reprennent leurs positions normales. Il essaient à nouveau d’orienter leurs armes sur le vieillard, et les couteaux se tordent et se replient vers eux.

Désarmés et stupéfaits, les deux  »microbes » regardent le vieillard leur imposer à tour de rôle la main sur la tête sans même qu’ils puissent réagir. A l’instant, il s’échappe de grosses pètes, et les deux gamins se mettent à déféquer sur eux-même. Apparaît aussitôt un essaim de mouches qui envahissent les agresseurs puant l’odeur de leurs propres escréments entachant les pantalons qu’ils portent.

Surpris de ce qui vient de se produire, les deux mécréants se mettent à demander pardon, suppliant leur cible de les délivrer de ce mauvais sort. « Nous sommes désormais foutus et, c’est pour toute notre vie», lâche l’un d’eux en langue bambara, le regard perdu dans les airs.

Se bouchant le nez, à cause de l’odeur pestilencielle des selles, la foule accoure et encercle les acteurs de la scène. Le vieillard, prenant tout son temps, remonte dans son véhicule et démarre en direction d’Adjamé, sans mot dire. La foule, en liesse, se moque des deux adolescents agresseurs et s’adonne à des supputations au sujet du vieillard auteur de cet exploit. Comment a-t-il pu neutraliser ainsi ses agresseurs? Qui est-il pour mettre hors d’état de nuire ces ‘’microbes’’ de cette façon miraculeuse? Les commentaires allaient bon train sur cette scène rocambolesque qui alimente encore des conversations.

source: Soir Info