Un père de famille, violeur de sa propre fille, a été interpellé à l’ambassade du Ghana et croupit en ce moment à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), en attendant son procès.

Les faits se sont déroulés entre le jeudi 21 et mercredi 27 février dernier. A l’origine, le jeudi matin, notre collègue César Djedje Mel apprend par ses voisins qu’une jeune fille, qui serait égarée, flâne dans le quartier depuis quatre jours. Il entreprend alors de l’aider à retrouver ses parents.

Il se donne tous les moyens malgré que l’adolescente raconte des histoires à dormir debout. Annonce sur Facebook, déclaration au commissariat du 34e arrondissement. Devant la difficulté pour lui et même pour la police d’aider cette fille, qui dit être venue du Ghana récemment et qui ignore le nom du quartier où elle habite et le numéro de téléphone de sa tante chez qui elle vit, le journaliste joint l’ambassade qui accepte de recevoir la demoiselle. Il était loin d’imaginer que cette dernière était victime d’abus sexuels de la part de son père.

Au terme d’un premier échange infructueux, l’ambassade décide de la ramener au pays. C’est plus tard, sous les feux des questions des collaborateurs de l’ambassadeur, qu’elle passera aux aveux et dénoncera son père.

Les parents de la fille, informés de ce que leur fille a été déposée à leur ambassade, s’y dépêchent le lendemain vendredi. Ils sont soumis un interrogatoire musclé au terme duquel le père est arrêté.

Le mardi suivant, il est déféré au parquet du tribunal d’Abidjan-Plateau. Le père a été inculpé pour abus sexuels sur mineure et placé sous mandat de dépôt à la Maca. Selon nos informations, il aurait aussi abusé de la sœur cadette de celle qui a fugué. La jeune fille a finalement été rapatriée et les autres enfants mineurs de la famille retirés à leurs parents.

La complicité de la mère a été indexée dans cette affaire.

Nous y reviendrons.

source: ivoirematin.com