Abdoulaye Cissé : quand Sankara avait coupé mon salaire

Des souvenirs du Conseil national de la révolution, il en a. Abdoulaye Cissé est l’un des doyens de la musique burkinabè. Quand Thomas Sankara était au pouvoir, lui, était dans l’encadrement des « Colombes de la révolution », ce groupe de musique à la composition exclusivement féminine.

Tout se passait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, lorsque le ciel s’assombrit d’un coup pour Abdoulaye Cissé. Accusé, sans avoir pu se défendre, d’avoir des écarts de conduites avec certaines filles du groupe, il est suspendu. Cissé ne saura jamais qui est allé parler de lui à Thom Sank, mais il ne percevra plus de salaire pendant trois mois.

Et c’est alors qu’il découvre l’autre Sankara : « privé de mon salaire, le président envoyait remettre à ma femme, que j’avais renvoyée dans ma famille à Bobo Dioulasso, une enveloppe à chaque fin de mois », raconte Abdoulaye Cissé. Sa femme avait pour consigne de ne point lui dire un mot de soutien présidentiel. Nous étions en 1986.

kamanews.net